Week end mouvementé pour les moyens de secours en Normandie

Quatre opérations de secours ont dues être coordonnées ce week-end au large de la Normandie.

Dans la nuit de vendredi 8 juillet à 23h30, suite au signalement d'un témoin à terre, le CROSS de Jobourg engage des moyens importants pour secourir deux personnes à la dérive dans l'annexe du voilier Jobart dans le secteur de la "piscine des Ecréhou"(50).
la vedette de la SNSM "Les Trois Grunes" du poste de secours de Carteret (50) ainsi que L'hélicoptère Caïman de la Marine Nationale et le canot des Coast Guards de Jersey.
L'annexe est localisée et la personne à bord (il n'y avait finalment qu'une seule personne) est récupérée par les Coast Guards.

Dans la nuit du dimanche 10 juillet à 23h30, Le CROSS de Jobourg reçoit le signalement d'un père qui les informe que sa fille de 19 ans partie le vendredi à bord d'un voilier de location avec ses grands parents vient de le joindre brièvement par téléphone avec ces mots "canot" "désemparés".
Le CROSS engage immédiatement la vedette de la SNSM de Granville et l’hélicoptère Dragon 50 de la sécurité civile. Vers 1h du matin, la jeune fille parvient à transmettre sa position pa téléphone en indiquant que les trois occupants se trouvent dans une annexe moteur en panne dans le chenal (Sound) de Chausey. Les trois personnes ont été hélitreuillés et l'annexe remorqué. Nous ne savons pas ce qu'est devenu le voilier.

A Trouville (14), le dimanche 10 juillet à 23h53, Le CODIS 14 puis le CROSS de Jobourg sont alertés par un plongeur de secours qui n'était pas en service, qu'un homme tout habillé se dirige dans l'eau et a un comportement bizarre. Sont alors engagés, deux hélicoptères, une vedette de la SNSM et un véhicule de secours. Après 9 h de recherches infructueuses le préfet maritime décide d'interrompre le processus.

Dimanche encore, vers 23h30, le CROSS Jobourg reçoit un message d'alerte du voilier Aria informant qu'il est victime d'une avarie dans le secteur des îles Saint Marcouf avec deux personnes à bord. En fait ce n'était pas sa position, il se trouvait dans le Raz-Blanchard. Le voilier a pu être pris en remorque et ramené au port Chantereyne de Cherbourg.

cross-jobourg

Pour au moins trois de ces opérations, on peut constater que les moyens de communications dont disposaient les plaisanciers n'étaient pas vraiment adaptés, que l'un d'entre eux n'a pas été capable de donner sa position réelle, et que visiblement aucun feu de détresse n'a été utilisé.
Il convient de rappeler les règles élémentaires de prudence à bien respecter pour éviter que des drames se produisent

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

M'informer
avatar
wpDiscuz