Vendée Globe : Pour Armel ça repart, pour Alex ça cale

Une fin de course passionnante

Au moment où Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) allait être rejoint par Alex Thomson (Hugo Boss), il est finalement sorti de cette dorsale anticyclonique et a recommencé à retrouver du vent.
Ces dernières heures, il a repris une avance d'une centaine de milles sur le skipper britannique qui se trouve maintenant, lui aussi, empêtré dans cette vaste zone déventée.
Sa vitesse n'est plus que de 2 noeuds pendant que le français repart à 15 noeuds.
A 5000 milles de l'arrivée le suspense est intense.

"Le vent est actuellement très faible, seulement 3 à 4 nœuds. J’avance lentement et cela risque de durer toute la journée. Il faut attendre que l’anticyclone me dépasse. Je vais perdre une partie des milles que je viens de reprendre sur Armel (Le Cléac’h). Nous nous somme rapprochés, mais Armel est toujours resté devant et il est sorti de l’anticyclone avant moi. J’ai quand même bien réduit l’écart et mieux vaut cette situation qu’être à 800 milles de l’adversaire ! Dans les jours qui viennent, Armel devrait toujours avoir un peu plus de vent et être plus rapide. Nous verrons comment la situation évolue au niveau du Pot au noir. L’objectif est d’avoir encore ma chance de l’emporter quand nous naviguerons plus au Nord dans l’Atlantique." Alex Thomson

Derrière aussi la lutte fait rage

Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) à franchi le cap Horn dans la nuit et se trouve en 4ème position derrière Jérémie Beyou (Maitre CoQ) qui maintient une bonne allure à 16 noeuds de moyenne et compte un peu plus de 700 milles d'avance sur son poursuivant.
Suivent Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) et Yann Elies (Quéguiner - Leucémie Espoir) à la 5ème et 6ème place, à 140 milles dans l'arrière de Jean-Pierre Dick.
Pour les 4 marins les choses vont se compliquer dans les prochaines heures lorsqu'ils vont buter dans une zone de calme qui va les ralentir à leur tour.

Quel rapport entre une balise de détresse et une coquette minute ?

La réponse se trouve dans le récit de Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys):

" De l’eau a rempli mon bateau et a enclenché ma balise de détresse. J’ai mis la balise dans la cocotte minute et elle y est toujours car elle émet pendant six jours. J’ai vécu une nuit d’enfer avec de l’eau partout. J’ai une boite à l’extérieur du bateau qui s’ouvre rapidement pour sortir la balise en cas d’urgence. Je pense que la balise a tapé et a ouvert la boîte. Le temps que je range tout ça et que je revienne à la table à carte, le téléphone a sonné. J’ai eu une dame de la sécurité australienne qui m’a demandé si les secours devaient venir me chercher ! "


Le Vendée LIVE du 30/12/2016 / Vendée Globe 2016 par VendeeGlobeTV

Classement 54ème jour à 15h (UTC+1) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Vendée Globe - classement 30/12 à 15h

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

M'informer
avatar
wpDiscuz