Vendée Globe : Une tempête Trois stratégies

Veillée d'armes pour le groupe de trois

Trois concurrents s'apprêtent à affronter la plus grosse dépression depuis le départ de la course.
Les conditions vont être très sévères, avec jusqu'à 60 à 70 noeuds de vent et des creux de 10 m.
Jean-Pierre Dick (StMichel Virbac) a choisi une route Nord et le passage par le détroit de Bass entre l'Australie et la Tasmanie. Il s'agit d'un grand détour qui risque de lui couter très cher en terme de position dans la course.
Yann Elies (Quéguiner - Leucémie Espoir) s'est mis à la cape. Il fait quasiment du sur place et attend en arrière de la dépression. Il devrait néanmoins connaitre dès demain des conditions difficiles.
Jean Le Cam (Finisère Mer Vent) qui se trouve un peu plus en arrière, prend une route plus au Sud et ralentit pour essayer de laisse passer le gros de la tempête.

En tête de course on ne lâche rien

La lutte continue de plus belle entre Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) qui a pris 200 nautiques à Alex Thomson (Hugo Boss) ces dernières heures.
Sa stratégie s'est avérée être la meilleure pour sortir du centre de la dépression dans laquelle ils se trouvaient hier.
Hugo Boss, lui, doit naviguer maintenant bâbord amures, du mauvais côté compte tenu de son foil tribord inopérant.

Deux qui ne se lâchent plus

Entre les deux groupe, Paul Meilhat (SMA)3ème, et Jérémie Beyou (Maitre Coq) 4ème continuent à évoluer à 1400 milles de la tête de course avec 50 nautiques qui les séparent tous les deux.
Jérémie Beyou est toujours privé de moyen de communications efficace:

"C’est particulier de naviguer en étant privé de communication. C'est une course différente. Les contacts avec la terre sont limités et j’ai peu d'outils météo pour faire la route. Mais je fais avec et je sais que cela va durer jusqu’au bout. Je fais les choses simplement.
J'ai un petit iridium que j'arrive à connecter avec une antenne portable que je viens mettre à l'extérieur du bateau quand il n'y a pas trop de vagues. Dans l'Indien je n'avais pas de réception, c'était mieux sous l'Australie. En ce moment j'arrive à récupérer un fichier de vent toutes les 24h. Je reçois aussi les bulletins de sécurité de la course. Ce n'est pas grand chose. Dans ces coins-là je serais content d'avoir des photos satellites pour observer les grains et l'avancée des fronts. Je suis toujours un peu dans l’expectative et sur le qui-vive. Je navigue légèrement sous-toilé car je ne sais pas s’il va y avoir des coups de vent ou non. J'essaye de faire de belles manœuvres et d'avancer correctement en préservant le bateau. J'ai trouvé mon rythme. Je n'ai pas envie de sortir du Pacifique plus amoché qu’au moment où j'y suis entré."


Le Vendée LIVE du 13/11/2016 / Vendée Globe par VendeeGlobeTV

Classement 37ème jour à 15h (UTC+1) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Vendée Globe - classement 13/12 à 15h

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

M'informer
avatar
wpDiscuz