Signal K une nouvelle interface pour les échanges de données marines

Une nouvelle génération d'interface

Signal K est une nouvelle génération d’interface pour les échanges de données marines. Signal K est prévu non seulement pour la communication de l’électronique marine et des capteurs, mais aussi pour partager les données entre les bateaux, les aides à la navigation, les capitaineries, les marinas etc...
Ce nouveau standard de communication est prévu pour être facilement utilisables avec des pages web, des applications mobiles et aussi pour connecter les bateaux à internet.

Facilement paramétrable

Avec Signal K, les données sont transmises au format JSON ce qui permet aux pages internet et applications de facilement manipuler et afficher les données. Les données Signal K peuvent être envoyées via le Wi-Fi, Ethernet, Bluetooth, et autres. Contrairement à NMEA, Signal K est open source, ce qui permet de faciliter l’utilisation et le développement de cette interface.
signalK-json

Une évolution nécessaire

Aujourd'hui, dans notre mode de fonctionnement ou tout est connecté, nous avons besoin d'une interface avec l'électronique marine qui permette une connection non seulement avec l'électronique de bord, mais aussi avec l'internet des objets, les appareils mobiles, les autres bateaux, les ports, et le cloud pour disposer de toutes les données nécessaires à tous moment.
De plus, l’aspect open source de Signal K permet le développement rapide de nouvelles applications marines. Cette facilité de développement permet une évolution constante et sans contraintes.

Vers la fin du système NMEA ?

Nous sommes tous familiers avec les données NMEA qui sont le standard depuis plus de 30 ans.
Bien que très fiable, le système NMEA est lent et surtout très cher en terme de développement à cause des coûts de certification et de documentation.
NMEA0183 et NMEA2000 ont été développés à une époque ou les instruments de bord étaient beaucoup plus simples. Leurs capacités aujourd'hui sont sous-utilisées.
Il serait dommage de ne pas se servir de la technologie offerte par l'électronique marine actuelle pour intégrer les PC, smartphones et autres tablettes afin d'afficher et contrôler les données du bateau et pour communiquer ces données à l'extérieur.
La quasi totalité du parc actuel utilise le système NMEA. Il n'est donc pas question d'opérer un changement de système, mais plutôt de proposer un complément, une passerelle, entre un sytème fermé (NMEA) et une communication des données totalement ouverte (Signal K).

Une passerelle NMEA-Signal K

En 2015, Digital Yacht a lancé une campagne de financement participatif avec Kickstarter afin de lancer le projet iKommunicate qui leur a permis de recolter plus de 100 000 $ auprès de plus de 440 participants.
iKommunicate est une passerelle NMEA - Signal K
Il comprend trois interfaces NMEA0183, une interface NMEA2000 et une interface Ethernet.
Ainsi, après avoir connecté tous vos instruments et autres capteurs sur les différentes interfaces NMEA, l’iKommunicate traduira les données au format Signal K et pourra les diffuser grâce à sa sortie RJ45 que vous pourrez brancher à un routeur, ordinateur ou à un réseau Ethernet existant. Les données Signal K pourront ainsi être diffusées vers des applications mobiles, le cloud, l’IoT et pourront même être lues à travers une simple page web.
Ikommunicate est commercialisé au prix de 299 $

signalK-interface
ikommunicate

Signal K pour quelles applications

Une fois les données du bateau (NMEA) transformées en Signal K, elles seront plus faciles à être utilisées, lues et diffusées grâce au Signal K qui est open source et qui met les données au format JSON.
Premièrement, les données du bateau pourraient être par exemple simplement lues sur une simple page web ou même sur une simple liseuse.
signalK-lecture

Les données des moteurs connectés sur le réseau NMEA 2000 (consommation en temps réel, optimisation, problème etc...) pourront s'afficher sur n'importe quel support à bord (PC, tablette,smartphone) grâce au Signal K.
Les données pourront être stockées dans le cloud ou être envoyées ou récupérées par un technicien à terre. Un suivi pourra même être mis en place en temps réel afin d'assurer une maintenance préventive.
On peut aussi imaginer un projecteur relié au système de navigation et à un produit AIS-homme à la mer qui pourrait être automatiquement dirigé vers la position de la personne tombée à l'eau.
Du fait que Signal K est open source, tout est possible. Tout le monde peut développer ses propres applications.

signalK-moteur

signalK-homme-a-la-mer

ikommunicate-bandeau

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

M'informer
avatar
wpDiscuz