Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. I

En aout 2006, Estelle et Pascal PIECOUP décidaient de faire le tour de la Sardaigne en semi-rigide.
En fait c'était bien plus que ça, car le départ allait s'effectuer de Galéria, au Nord-Ouest de la Corse, et le retour à Solenzara, au milieu de la côte orientale Corse.
Ils nous racontent ces 25 jours de navigation et nous font partager leurs émotions.
Un périple réalisé il y a une dizaine d'années mais qui n'a pas pris une ride.
A revoir, uniquement la règlementation en évolution permanente concernant les  mouillages et les zones de navigation autorisés.

Cette île est relativement peu connue. La « rumeur » la présentait comme belle, mais sans comparaison avec sa voisine, la Corse.
En questionnant notre entourage et quelques navigateurs, nous n’avions obtenu que des renseignements sur les zones nord-est et nord-ouest et plus rarement sur l’extrême sud parfois longé par les marins navigant entre les Baléares et la Sicile. Nos recherches sur le Net n’avaient pas abouti à grand-chose. Le reportage de nos confrères belges du « Belgian Pneumaticlub » était le seul détaillant le tour complet et les guides IMRAY et Hachette (collection Voir) nous fournirent de précieux renseignements. Presque la misère.
Au final, ce tour de Sardaigne nous a révélé un littoral grandiose et sauvegardé, des eaux splendides, des villes et des sites magnifiques et chargés d’histoire et une qualité d’accueil exceptionnelle.
Reste Éole qui ne nous aura jamais laché...

1ère partie - De Galéria à Alghero

Samedi 5 août :
(Galéria – Cala di Conca : 70 nautiques)

Départ « très matinal » (10h 15) de Galéria, au sud de Calvi (Corse). La mer est agitée avec une houle prononcée.
Il nous faut près de 2 heures pour relier Cargèse. Nous y faisons les pleins (essence et estomacs).
Ensuite, la mer toujours agitée nous dicte une petite pause dans l’anse de la Figiera. Vers 19h, nous repartons avec l’idée de traverser le golfe d’Ajaccio. La mer calmée nous invite à pousser, en terminant au GPS, jusqu’à Cala di Conca (après le golfe de Valinco) pour y passer la nuit.Seul un voilier occupe l’anse. Du jamais vu en août !
Nous comprenons vite pourquoi après avoir fait tomber un bout de l’arceau du kit camping dans l’eau.
Les méduses sont partout ! Obligé de mettre la combi pour récupérer l’arceau. 

 

 

Dimanche 6 août :
(Cala di Conca – Cala di Paragnano : 30 nautiques)

Départ tranquille avec du ciel bleu et une mer calme. Puis, viennent les rencontres avec l’Abeille Flandre et l’orage. Notre parfaite lecture des nuages nous guide dans l’anse de Fornello où l’orage nous rattrape. Nous voilà partis pour 1 h30 à rester sur le bateau sous un parasol (embout en plastique) pas étanche sous le regard d’une famille de touristes abritée dans un hangar étanche. Nous passerons les combis, les Kway, sans éveiller en eux le moindre geste de solidarité.
Une fois l’orage passé, nous naviguons vers Bonifacio et nous posons dans la cala di Paragnano. Un nouvel orage se pointe, nous montons « la maison », et y passons l’après- midi, puis la nuit.


Lundi 7 août :
(Bonifacio – Stintino : 75 miles)

Réveil matinal pour rejoindre le port de Bonifacio, histoire de donner à boire au bateau et de grignoter des croissants au pied de la citadelle.

Un peu avant 10h, nous quittons la ville pour traverser sur Santa Teresa. 30 minutes suffisent. Le clapot est assez prononcé. Ca y est, nous longeons les côtes sardes. Nous découvrons un premier petit coin de paradis, Porto di Vignola, baie aux eaux turquoises avec sa petite chapelle blanche. Nous n’avons pas de photos à vous montrer. Elles sont ratées.
Puis nous glissons sur Isola Rossa, accompagnés un temps par notre premier poisson volant. De toute façon, on ne verra jamais de dauphins, baleines, otaries, pingouins, Uniquement des poissons volants ! Juste avant Isola Rossa, se trouve un très joli abri au milieu des roches rouges, baïa Trinita, idéal pour un prochain mouillage.
Donc, nous voilà au port d’Isola Rossa, inconnu de la cartographie GARMIN. Vous pouvez voir sur la photo qu’il avait dû pousser dans la nuit. L’accueil au port est immédiat et agréable.
Nous choisissons le restaurant Da Michelle. Les poissons grillés sont bien préparés.
Repartis, nous longeons une plage de sable blanc interminable et comparable à celle qui lie Marseillan- Plage à Sète, excepté la couleur de l’eau cristalline. Puis, arrive Castelsardo, ville accrochée sur un relief, suivie de belles plages, puis, (re) plage interminable.

Après une heure de navigation par force 5 mer de côté et pas mal de seaux d’eau salée ingurgités, Porto Torres se dévoile avec ses cheminées habillées comme des chaussettes rayées de rouge et blanc.
Le port est immense, nous trouvons la station essence après quelques errements.

Bonne surprise, ils ne prennent pas la carte bleue et n’ont pas de monnaie. Nous comprenons que la coutume consiste à annoncer le montant en Euros d’essence que l’on souhaite prendre, calcul pas toujours évident.
Le bateau n’ayant plus soif, nous partons à destination de Stintino. Re(re) plages interminables sans intérêt et ponctuées de campings.

Enfin, nous arrivons au port de Stintino. Après quelques difficultés, nous trouvons quelqu’un pour nous placer pour être déplacés une demi-heure plus tard.
A peine arrimés, le vent tourne et notre rangée de bateau est allègrement victime du clapot rentrant dans le port. Des plaisanciers italiens, témoins de la scène nous proposent de nous installer à leurs côtés en nous expliquant, dans un français quasi parfait, que les responsables du port s’en « balanceraient ». Nous en profitons pour leur demander un bon resto. Nous ne serons pas déçus (Restaurant El portico). Stintino est une jolie petite ville. Deux ports (pêche et plaisance) l’entourent. L’ambiance y est détendue.    
 
Mardi 8 août :
(Stintino – Porto Conte : 38 miles)

Premier petit déjeuner sarde sur le port de Stintino. Nous traînons un peu, revoyons nos voisins de nuit et échangeons quelques mots.
A 11 h, nous jetons les amarres pour les eaux turquoises de Fornelli, passage obligé entre l’Isola Asinara et le Capo de Falcone pour descendre le long de la côte ouest.
L’Isola Asinara était anciennement occupée par les bagnards et, est depuis devenue une réserve naturelle. Le mouillage y est interdit et la circulation règlementée.
Arrivés sur Fornelli, nous y retrouvons le deux mats de nos voisins de nuit et ses occupants Giulia, Roberta, Franco et Salvatore.
 
 

Fornelli,
passage aux eaux turquoises entre Capo de Falcone et l’Isola Asinara

 

 

 

La météo jusqu’à Alghero est annoncée à force 4–5 avec une mer assez agitée pour passer force 3-4 et peu agitée en fin d’après-midi.
La journée du lendemain n’étant pas annoncée meilleure, nous passons l’après-midi dans l’eau à nous poser des questions sur la sagesse de notre départ vers Alghero. Après échange d’avis avec nos nouveaux amis qui connaissent parfaitement cette zone de navigation réputée peu abritée, nous décidons de passer vers 18h.

 

Le passage du cap se passe correctement, puis la mer grossit progressivement. La houle de 3⁄4 arrière atteint maintenant les 3 à 4 mètres avec de belles séances de surf à la clé. La côte est très sauvage. Une sorte de Cap Corse en plus long. Un seul abri existe avant Alghero (Porto Ferro). Nous choisissons de naviguer au large par sécurité et confort. Seuls 2 voiliers croiseront notre route. 2h1 5 nous seront nécessaires pour parcourir les 38 milles. Nous arrivons enfin au Capo Caccia au coucher du soleil. Le spectacle est grandiose avec les oiseaux qui s’écartent sur notre passage (enfin un peu de poésie). Nous dormirons à l’abri derrière Capo Caccia avec deux voiliers dans la Cala di Calcina

 

 

Grotta di Nettuna (grotte de Neptune)
Juste avant le Capo Caccia

Notre premier incident intervient ici. Ma brosse à dent électrique tombe à la mer par plus de 10 mètres de fond. Il se dit que depuis, les poissons de la région présentent une hygiène buccale supérieure à la moyenne.

Nous approchons de Porto Conte et d'Alghero qui ne se trouve plus qu'à 29 nautiques.

 

 

 

 

Reportage et photos: Estelle et Pascal PIECOUP
Bateau : IMAR 610 avec moteur Yamaha 150 CV 4 temps
Réservoir 150 ltr - Kit camping - Douche
GPS Garmin 172C

A suivre, d'Alghero à Carlo Forte

A lire aussi : Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. II
 
                      Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. III
 
                      Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. IV 
                       Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. V     

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

2 Commentaires sur "Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. I"

M'informer
avatar
Trier par:   Le plus récent | Le plus ancien | most voted
trackback

[…] lire aussi : Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. I                         Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. II           […]

trackback

[…] A lire aussi :Le tour de SARDAIGNE en semi-rigide - Part. I […]

wpDiscuz