Entretien avec Pantaenius l'assureur du bateau de Kito de Pavant

Le Choc

Le 6 décembre, au petit matin, Kito de Pavant à bord de Bastide Otio heurte un OFNI alors qu'il navigue dans une mer très formée, avec 40 noeuds de vent, dans le Nord des îles Crozet.
Le choc au niveau de la quille a été très violent provocant une voie d'eau importante à bord de son bateau, au niveau du compartiment moteur.
La quille pend sous le bateau simplement tenue par le vérin de quille qui est en train de cisailler la coque.
Le skipper contacte son équipe technique et la décision est prise d'alerter les secours pour aller chercher le marin en difficulté.

L'espoir et la désillusion

Le lendemain, Kito de Pavant est recueilli sain et sauf par le navire de ravitaillement le Marion-Dufresne II.
Avant d'abandonner son bateau, il a pris la précaution de le mettre bâbord amures afin qu'il dérive plutôt vers le Nord dans l'espoir de pouvoir le récupérer.
Des plans commencent à être élaborés entre l'équipe technique et Pantaenius l'assureur du bateau.
Les deux balises à bord de Bastide Otio émettent régulièrement sa position qui confirme une dérive Nord-Est à 6 noeuds. L'espoir de pouvoir récupérer l'IMOCA 60 se précise.

Le 13 décembre, les deux balises iridium qui transmettaient la position du bateau, l'une toutes les 30 mn, l'autre toutes les 12 heures, ont cessé d'émettre. Le constat est amer. Le bateau s'est soit retourné, soit a coulé. Tout espoir de le récupérer s'éloigne à grand pas.

Le point avec l'assureur

Olivier de RoffignacNous avons rencontré l'assureur du bateau,
Olivier de Roffignac,
responsable de PANTAENIUS France,
qui connait bien le monde de la voile et de la compétition puisqu'il a lui-même participé à plusieurs courses prestigieuses:
- Mini Transat 1999
- Transat Saguenay Les Sables 2000
- Solitaire du Figaro 2001
- Transat AG2R 2004

Vous aviez commencé à élaborer un plan pour récupérer Bastide Otio
Effectivement, nous avions envisagé une opération au départ de La Réunion, avec un voilier et une équipe dirigée par le skipper Adrien Hardy avec qui nous avons l'habitude de travailler

L'arrêt des émissions des balises iridium a changé la donne ?
Oui bien sûr. Lorsque nous disposons de la localisation régulière d'un bateau, nous pouvons établir des polaires de vitesses, prévoir sa trajectoire en fonction de la météo et des données techniques du bateau et lancer une opération dans sa direction. Là nous ne disposons plus d'aucunes données nous permettant de diriger nos recherches. Il faut également considérer que si les deux balises n'émettent plus c'est que le bateau est sous l'eau. Nous devons malheureusement admettre que le bateau est perdu.

Quelles sont les plus grandes difficultés auxquelles il faut faire face dans les opérations de récupération ?
Il y a 3 points principaux dont il faut tenir compte:

  • La distance à parcourir pour se rendre sur la zone supposée ou se trouve le bateau interdit quasiment l'utilisation d'un bateau à moteur (remorqueur), à la fois pour des raisons d'autonomie, de consommation de carburant et de considérations écologiques. D'ou notre préférence à utiliser un voilier
  • La difficulté à mettre un bateau à l'eau dans une mer souvent formée et des vents forts afin de transférer un équipage à bord du bateau à récupérer.
  • Disposer d'un équipage aguerri, capable de ramener un bateau souffrant d'avaries souvent multiples, dans de conditions de mer difficiles.

En dehors de Bastide Otio, assurez-vous d'autres bateaux participant au Vendée Globe ?
Oui, PANTAENIUS assure 23 bateaux sur les 29 participants.

C'est énorme, d'autant que le risque est très important...
C'est vrai, mais nous faisons notre métier d'assureur. Les risques sont à la fois calculés et partagés.
Nous agissons en tant qu'agent d'assurances pour partager les risques avec d'autres compagnies d'assurances ayant pignon sur rue.
Il faut dire que nous sommes sollicités parce nous avons l'habitude de gérer les situations compliquées. 
L'une des opérations les plus difficiles que nous avons eu à gérer a été entre décembre 2015 et janvier 2016 la récupération de l'IMOCA 60 SMA, le bateau qui est actuellement 3ème de ce Vendée Globe et qui était déjà skippé par Paul Meilhat.

Comment cela s'est-il passé concrètement ?
L'histoire à commencé au large des Açores, lorsque dans des conditions météo musclées (vent à 50 noeuds), le skipper de SMA, Paul Meilhat, s'est cassé plusieurs côtes en chutant pendant une manoeuvre.
Avec son équipe, la décision a été prise de l'évacuer. Un point de jonction a été convenu avec un patrouilleur de la marine portugaise. En attendant, le marin a du continuer à manoeuvrer son bateau dans des creux de 8 à 10 mètres. On imagine les difficultés dans la douleur.
Finalement après un premier rendez-vous raté, le patrouilleur est parvenu le lendemain à rejoindre le bateau. Paul Meilhat a été transbordé à bord d'un semi-rigide, mais au moment de le hisser à bord du patrouilleur, l'embarcation a chaviré et tout le monde a chuté et s'est retrouvé à l'eau.
Un hélicoptère a fini par hélitreuiller tous les marins dont Paul Meilhat qu'il a fallu installer à bord d'une civière, dans l'eau, avant l'hélitreuillage.

A partir de là, plusieurs tentatives de récupération du bateau ont été tentées à partir des Açores, à l'aide d'un remorqueur, en vain. Il faut dire que les conditions météo sur la zone à cette période étaient très difficiles. J'ai en tête des fichiers météo complètement hallucinants avec des vents de 70 noeuds.
Finalement nous avons laissé le bateau tout en suivant sa dérive.
Le 4 janvier, soit 3 semaines après, le bateau pointait au large des côtes irlandaises. C'est le moment que nous avons choisi pour tenter une nouvelle fois sa récupération. C'est Adrien Hardy (le même skipper qui devait tenter de récupérer Bastide Otio), à bord d'un voilier, qui a pu monter à bord de SMA dans une mer formée avec des creux de 6 mètres et un vent à 40 noeuds. Le bateau a été sauvé et ramené à bon port.

PANTAENIUS n'assure pas que des bateaux de courses, qu'en est-il de votre activité plaisance ? 
Nous assurons actuellement 100 000 bateaux au niveau européen., ce qui fait de Pantaenius le leader en matière d'assurance de bateaux de plaisance en Europe.
C'est la qualité des garanties proposées qui font de nous un des assureurs les plus appréciés, notamment l'absence de dépréciation pour vétusté sur les pièces en cas de sinistre.

Site internet de Pantaenius France : www.pantaenius.fr

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

Christian Gicquel

Christian Gicquel

Créateur et Administrateur de forumdubateau.com
christian.gicquel@forumdubateau.com
Christian Gicquel

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

4 Commentaires sur "Entretien avec Pantaenius l'assureur du bateau de Kito de Pavant"

M'informer
avatar
Trier par:   Le plus récent | Le plus ancien | most voted
trackback

[…] - La vraie histoire du MAR... Vendée Globe : le TGV (Thomson à Grande Vitesse) ... Entretien avec Pantaenius l'assureur du bateau de ... .yuzo_related_post img{width:126.5px !important; height:88px !important;} .yuzo_related_post […]

trackback
[…] Parmi les Objet Flottants Non Identifiés le plus souvent rencontrés par les navigateurs, on trouve les mammifères marins (baleines en général), les billes de bois et les containers tombés des bateaux. Ces derniers sont les plus dangereux de par leur masse et leur poids. Imaginez un choc avec un tel objet à 20 noeuds. C'est non seulement le risque de voir le bateau perdu, mais aussi celui pour le marin de blessures graves qui pourraient survenir après une chute dûe à l'arrêt brutal du bateau au moment du choc. C'est exactement ce qui s'était produit pour Jérémie Beyou en… Lire plus »
trackback

[…] Le 6 décembre, au petit matin, Kito de Pavant à bord de Bastide Otio heurte un OFNI alors qu'il navigue dans une mer très formée,  […]

trackback

[…] En dehors de Bastide Otio, assurez-vous d'autres bateaux participant au Vendée Globe ? Oui, PANTAENIUS assure 23 bateaux sur les 29 participants.  […]

wpDiscuz