Vendée Globe : poursuites, OFNI et voie d'eau

Statu quo en tête

Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) et Alex Thomson (Hugo Boss) naviguent maintenant tribord amures dans de faibles alizés de Nprd-Est en attendant mieux.

Poursuite engagée

Jérémie Beyou (Maitre CoQ) continue sa progression vers la tête de course.
Il se situe désormais à moins de 480 milles d'Alex Thomson.
Même si dans les prochaines heures il va devoir ralentir et naviguer au près, la poursuite est engagée

Trois bateaux et un coup fin

Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), Yann Elies (Quéguiner - Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) continuent à se livrer une lutte acharnée pour la 4ème place. C'est a qui jouera le plus finement dans un rayon de 60 nautiques.

OFNI et voie d'eau pour Alan Roura

Le jeune skipper de 23 ans du bateau La Fabrique, en 13ème position, a heurté un OFNI cette nuit vers 23h30.
La collision a endommagé le safran tribord et occasionnée une voie d'eau dans la partie arrière du bateau.
Alan Roura a fait preuve de beaucoup de sang froid.
Après s'être mis à la cape il a pu changer les pièces endommagées de son safran et assécher le bateau.
Deux heures plus tard il était à nouveau dans la course.

Alan Roura"Le vent était d'environ 30 noeuds et d’un coup le bateau s'est arrêté net. J'ai entendu un gros crac, je suis sorti et vu le safran tribord flotter à l'arrière du bateau, les traces d’un gros choc était visible : c’était bien un OFNI.
L'envie de pleurer, de crier, mais avant tout, il fallait voir les dégâts. L'eau a commencé à monter à hauteur de mes pieds, puis des mollets. J'ai vite compris que le temps pressait." [...]"Le vent était déjà monté et avait atteint les 40/45 noeuds. La mer était forte, environ 6 mètres de houle" [...] "Je coulais petit à petit. L'eau a commencé à s'infiltrer partout où elle pouvait. Y compris dans la cellule de vie. Le temps presse et je n'ai alors pas d'autre solution que de boucher en priorité la voie d’eau, avant de penser au reste." [...] "La seule solution était de mettre en place le safran de secours, mais dans 45 noeuds c'était du suicide. Mais c'était ma dernière chance pour sauver le bateau, je ne comptais pas rester à le regarder prendre l'eau et s'engloutir petit à petit." [...] "J'avais peu de chance d'y arriver. Mais après 30 minutes de rage, de pleurs et d'envie de sauver la Bigoudène, j'ai fini par réussir à le mettre en place." [...] "Je suis très triste car la course avec les autres est terminée, je dois prendre le temps de bien réparer pour ramener le bateau à bon port, aux Sables d’Olonne. L'aventure continue, je ne lâcherai jamais. Si j'ai réussi à mettre un safran dans de telles conditions, je dois être assez fou pour finir le tour ! Je suis en sang, le coude, les mains, je me suis coupé de partout et je suis vraiment très fatigué. Mais j'ai le sentiment d'avoir encore franchi un cap, de savoir garder son calme dans ce genre de situation, où de toute façon tu n'as qu’une seule chance."


Le Vendée LIVE du 03/01/17 / Vendée Globe 2016 par VendeeGlobeTV

Classement 58ème jour à 15h (UTC+1) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Vendée Globe - classement 03/01 à 15h

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou une inexactitude dans l'article, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail pour un retour de notre part (facultatif)

Partager cet article :

A lire aussi :

Laisser un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

M'informer
avatar
wpDiscuz